Skip to content
Sean Higgins mar., mai 25, '21 8 min read

9 termes de scan-to-BIM que vous devez connaître

Un mini glossaire des termes de base du scan-to-BIM, de la terminologie essentielle du BIM, et de la différence entre le BIM et d'autres concepts comme le VDC et les jumeaux numériques.

Si vous êtes ici, c'est que vous êtes probablement en train de rechercher des flux de travail scan-to-BIM pour votre entreprise et que vous êtes un peu perdu avec tous les acronymes à trois lettres et la terminologie spécialisée. Ne vous inquiétez pas, c'est un problème courant dans le domaine de la technologie 3D.

Pour vous aider, ce mini glossaire vous présente quelques idées de base que vous devez connaître pour pouvoir poursuivre vos recherches. Nous aborderons les idées de base du scan-to-BIM, nous approfondirons la terminologie essentielle du BIM, puis nous discuterons de la différence entre le BIM et des idées similaires comme le VDC ou les jumeaux numériques.

Commençons.

Partie 1 : Décomposer le scan-to-BIM

BIM

Cet acronyme peut prêter à confusion, car il fait référence à deux idées distinctes mais liées entre elles. La première est la Modélisation des Données du Bâtiment (en anglais Building Information Modeling), ou la méthodologie de création d'un modèle d'informations sur les bâtiments. Le second est le résultat, ou le Modèle d’Information du Bâtiment lui-même.

Un BIM est un ensemble de données qui comprend des informations sur les caractéristiques physiques et fonctionnelles du bâtiment. Il prend généralement la forme d'un modèle 3D lié à une base de données contenant diverses informations.

Un BIM comprend des modèles géométriques d'éléments de construction individuels, comme des portes, des fenêtres, des poutres, etc. Ces données géométriques sont liées à des informations telles que les matériaux utilisés, l'emplacement et la taille des pièces et des espaces, ainsi que des documents relatifs au bâtiment et à son histoire. Le BIM peut également inclure des données sur la façon dont ces éléments individuels sont liés les uns aux autres, et même sur leur fonctionnement au sein de systèmes à l'échelle du bâtiment tels que les MEP (Mécanique, Électricité et Plomberie).

En bref, un BIM est un modèle 3D intelligent qui offre une vue globale d'un bâtiment pour permettre la collaboration entre les parties prenantes. Il permet à une seule partie prenante de prendre des décisions à différents stades du cycle de vie du bâtiment et de mettre à jour le modèle central afin que les autres parties prenantes disposent toujours des dernières informations.

future_bim_1_header

Scan-to-BIM

Processus consistant à utiliser des scanners laser pour capturer les informations dimensionnelles d'un bâtiment existant, puis à utiliser ces informations pour créer un BIM.

Le Scan-to-BIM devient très populaire dans le secteur de l'AEC (architecture, ingénierie et construction) car il résout de nombreux problèmes courants dans le processus de modélisation des informations du bâtiment.

Par exemple : De nombreux anciens bâtiments ne disposent pas des modèles CAO (Conception Assistée par Ordinateur) en 3D ou même des dessins CAO en 2D nécessaires à la création d'un BIM. Un processus scan-to-BIM permet de produire un modèle détaillé et précis. Ce processus peut également être utile lorsque l'état physique d'un nouveau bâtiment diffère du modèle original. Vous pouvez simplement analyser les modifications et mettre à jour le modèle si nécessaire.

Pour plus d'informations sur le scan-to-BIM et les avantages qu'il offre, consultez notre introduction au scan-to-BIM.

Pour savoir comment fonctionne le scan-to-BIM et quelles sont les technologies nécessaires, consultez notre guide des 12 étapes d'un projet scan-to-BIM.

Partie 2 : Terminologie BIM

Niveau BIM

Fait référence au niveau de maturité du BIM, ainsi qu'au degré de collaboration des parties prenantes au sein du BIM.

Bien qu'il n'existe pas de norme officielle pour le niveau BIM, celui-ci est généralement divisé en quatre niveaux. L'échelle commence à 0 et se termine à 3.

  • Le BIM niveau 0 signifie une absence quasi totale de BIM, où les parties prenantes travaillent de manière isolée et où les données sont stockées dans des modèles CAO en 2D. Ce niveau est rare, voire inexistant.
  • Le BIM niveau 3 signifie une collaboration totale entre toutes les parties prenantes. Ils travaillent sur un modèle d'information du bâtiment partagé dans un lieu centralisé, ce qui leur permet d'éliminer les conflits éventuels. Le modèle peut inclure des "dimensions" supplémentaires en plus du modèle 3D, lui permettant de représenter la programmation, le coût et la maintenance continue.

Pour en savoir plus sur l'ensemble des niveaux BIM, consultez notre exploration de l'avenir du BIM ici.

LOA

Niveau de précision (en anglais Level Of Accuracy) Il s'agit de la plage de tolérance acceptable pour les mesures du bâtiment recueillies pendant le processus de capture, ainsi que de la plage de tolérance pour la façon dont ces mesures sont représentées dans le modèle.

Le U.S. Institute of Building Documentation (USIBD) - un organisme de normalisation à but non lucratif - définit cinq niveaux dans sa spécification du LOA.

  • Le LOA10 est le niveau le plus bas. Cela signifie une plage de tolérance de précision comprise entre 5 cm et 15 cm. Cela peut convenir pour une mesure approximative, comparable à la mesure d'un espace.
  • Le LOA50 est le niveau le plus haut. Cela signifie une plage de tolérance de précision comprise entre 0 cm et 1 cm. Cela pourrait convenir pour documenter des artefacts dans le cadre d'un projet patrimonial.

Le meilleur LOA pour tout projet scan-to-BIM dépendra des besoins des parties prenantes. Cela déterminera également les méthodes d'analyse et de modélisation à utiliser. LOA20 et LOA30 sont les plages les plus courantes spécifiées pour les flux de travail scan-to-BIM.

LOD

Niveau de développement (en anglais Level Of Development) Fait référence à la richesse des informations inclues dans le modèle. BIMForum, un organisme de normalisation à but non lucratif, définit quatre niveaux dans sa spécification LOD.

  • LOD 100 est le niveau le plus bas. Cela signifie qu'un BIM peut inclure une représentation générique d'un luminaire, des informations sur son coût et une indication générale de son emplacement.
  • LOD 400 est le niveau le plus haut. Cela signifie que le luminaire sera modélisé avec suffisamment de détails pour que vous puissiez en fabriquer un autre. Le BIM peut également inclure des informations sur le modèle du luminaire, son emplacement et son orientation exacts, et même des détails sur son montage.

Comme pour le LOA, le meilleur LOD pour tout projet de scan-to-BIM dépendra des besoins des parties prenantes. Une fois ce niveau de développement cible établi, ces informations permettront de déterminer les méthodes de numérisation et de modélisation que vous utiliserez pour produire le BIM lui-même.

bim-levels

En quoi le BIM est-il différent de..

Modèle CAO 3D

Un modèle CAO 3D est un modèle spatial produit dans un logiciel de dessin assisté par ordinateur (DAO).

Comme le BIM, le modèle CAO 3D est un moyen de représenter une structure du monde réel. Cependant, la CAO 3D utilise des lignes "muettes" pour représenter les éléments de construction. Les lignes ne sont pas regroupées sous forme d'objets et ne sont pas liées à une base de données contenant d'autres informations sur le bâtiment.

Le BIM, quant à lui, utilise des "objets" géométriques liés entre eux pour représenter les éléments de construction. Ces objets sont liés à des informations sur les caractéristiques fonctionnelles du bâtiment, notamment l'emplacement de l'élément, ses matériaux, sa relation avec les autres éléments du bâtiment, etc.

Jumeau numérique

Un jumeau numérique est une représentation virtuelle d'un objet ou d'un processus physique. En ce qui concerne le BIM, un jumeau numérique peut donc également servir de modèle fonctionnel d'un bâtiment.

Il ressemble beaucoup à un BIM mature dans la mesure où il nécessite des informations dimensionnelles détaillées sur le bâtiment, ainsi que des données sur ses éléments physiques et ses systèmes.

Cependant, un jumeau numérique va au-delà du BIM dans la mesure où il ajoute aux données des biens des données dynamiques, souvent en temps réel, provenant de diverses sources. Il peut s'agir d'informations sur les modifications apportées aux équipements, ou même de flux de données provenant de capteurs de l'Internet of Things (IoT) qui peuvent mesurer des informations telles que la température, les niveaux de gaz ou le mouvement.

Ces informations supplémentaires rendent le jumeau numérique utile pour un éventail d'applications plus large que le BIM, comme les simulations de coûts pour les changements proposés ou l'analyse approfondie des opérations quotidiennes.

VDC

Conception et construction virtuelles (en anglais Virtual Design and Construction) Ce terme désigne l'utilisation de modèles numériques - y compris les BIM - pour permettre aux acteurs de la conception et de la construction de travailler virtuellement sur des projets de construction de bâtiments.

Plus précisément, le VDC est un moyen de planifier les bâtiments et de coordonner les travaux avant que les équipes n'arrivent sur le site. Cette discipline peut utiliser un BIM pour planifier les coûts, établir un calendrier pour gérer les dépendances entre les différents corps de métier et procéder à la détection de conflits.

Ce concept est lié à la modélisation des informations sur les bâtiments, mais diffère par le résultat escompté.

Le BIM se concentre sur la création du modèle numérique lui-même. Tandis que le VDC décrit la méthodologie de travail des modèles de bâtiments pendant le processus de conception et de construction.

autodesk_revit_screenshot

Sean Higgins est un rédacteur indépendant spécialisé en technologie, ancien rédacteur de publications spécialisées et passionné de plein air. Il estime que la rédaction d'articles clairs et sans buzzword sur les technologies 3D est un service public.

avatar

Sean Higgins

Sean Higgins is an independent technology writer, former trade publication editor, and outdoors enthusiast. He believes that clear, buzzword-free writing about 3D technologies is a public service.