Skip to content
Sean Higgins mar., oct. 19, '21 5 min read

Scan-to-BIM : Traiter et préparer vos données pour la modélisation

Des conseils pour le post-traitement des données scan-to-BIM afin qu'elles soient prêtes pour la modélisation, y compris le nettoyage de toute partie désordonnée et l'enregistrement de toutes vos captures ensemble.

Dans nos articles précédents, nous avons donné des conseils sur comment définir un projet scan-to-BIM, puis sur la planification et l'exécution de votre numérisation. Il est maintenant temps de parler de la préparation de vos données pour la modélisation.

Aujourd'hui, nous allons vous donner des conseils sur le post-traitement des données afin qu'elles soient prêtes à être utilisées, le nettoyage des parties désordonnées de vos données et l'enregistrement de toutes vos captures afin qu'elles soient prêtes pour la modélisation.

Continuez à parler à votre client

Vous vous souvenez que nous avons dit que la communication avec le client était essentielle au processus ? C'est le moment de faire le point avec le client et de s'assurer que tout se déroule comme prévu. Une bonne communication vous évitera de mauvaises surprises.

Vérifiez votre matériel

Étant donné qu'un travail scan-to-BIM capture d'énormes quantités de données 3D, et que les données 3D nécessitent une énorme puissance de traitement, il est bon de s'assurer que votre matériel est capable de supporter la charge. Vérifiez les spécifications matérielles recommandées dans le logiciel de votre choix.

 

Cloud-processing-image

Envisagez le traitement en nuage

Il existe un certain nombre de bonnes raisons pour lesquelles vous ne souhaitez pas budgétiser un matériel capable de traiter vos données de numérisation. C'est la raison pour laquelle même les plus grandes entreprises de scan-to-BIM ont commencé à décharger une partie de leur post-traitement vers des services de cloud-computing. Ces services sont généralement intégrés aux logiciels que vous utilisez déjà. Par exemple, NavVis propose un Cloud Processing Add-on pour NavVis IVION.

Le cloud computing vous permet de télécharger vos données vers un serveur distant qui utilise le traitement en parallèle (plusieurs cœurs de calcul fonctionnant en tandem) pour finaliser vos données rapidement. Si vous voulez que les données soient traitées plus rapidement, vous pouvez simplement payer pour faire tourner plus d'ordinateurs. Cela vous permet de déterminer quels sont vos besoins en matière de vitesse et de traitement, et d'allouer votre budget en conséquence.

Le cloud computing offre un certain nombre d'avantages secondaires. Vous pouvez investir directement dans le traitement plutôt que de continuer à mettre à niveau votre infrastructure informatique. Vous pouvez traiter de plus grands ensembles de données à partir d'un ordinateur portable ou d'une tablette. Certains de ces services proposent également un enregistrement automatique, une vérification des erreurs et des notifications en cas de problème. Ainsi, votre équipe peut se consacrer au traitement le vendredi et savoir que les données seront prêtes à leur retour.

Établissez un plan de gestion des données

Établissez un plan pour savoir comment vous allez gérer ces énormes ensembles de données. Réfléchissez à l'endroit où vous sauvegarderez vos fichiers et à la fréquence à laquelle vous le ferez pour ne pas perdre des centaines d'heures de travail.

Réfléchissez également à la manière dont vous partagerez les données avec votre équipe. La numérisation sera peut être effectuée à l'autre bout du monde, d'où elle sera post-traitée ou modélisée. Veillez à planifier votre stockage de manière à faciliter le partage. Et tenez compte du temps et du coût de la méthode que vous avez choisie pour transférer les fichiers entre les membres de l'équipe.

navvis_pointcloud

Nettoyez vos données

Avant de procéder à la modélisation, vous devez nettoyer vos données.

La raison est qu'un scanner capture tout ce que son laser croise, ce qui signifie que vos données vont inclure des informations que vous ne voulez pas dans votre modèle final. Peut-être votre technicien est-il passé devant une fenêtre ou un miroir et le scanner a capturé un double impossible de ce qu'il a "vu" dans le reflet. Votre lidar terrestre a peut-être capturé le "fantôme" d'une personne qui est passée dans le champ de vision du scanner. Il existe de nombreuses façons pour un scanner d'ajouter des bruits indésirables à vos données.

Certains des meilleurs scanners intègrent des algorithmes permettant de nettoyer automatiquement les données (NavVis VLX tire parti de sa technologie de numérisation mobile pour le faire). Mais cela ne vous mènera qu'à une partie du chemin, et vous devrez toujours nettoyer vos données avant d'aller plus loin. Sinon, votre flux de travail d'enregistrement pourrait être un désordre.

Profitez de cette occasion pour faire une assurance qualité

Pendant que vous nettoyez vos scans, vous regardez déjà attentivement tout ce que vous avez capturé. Demandez-vous, est-ce que quelque chose n'est pas à sa place ? Est-ce que tout est aligné ? Les murs sont-ils droits là où ils sont censés l'être ? Y a-t-il des murs en double ?

Enregistrez... puis contrôlez la qualité à nouveau

Une fois vos données nettoyées, il est temps d'enregistrer tous vos scans, photos et autres captures ensemble. Si vous avez planifié votre numérisation correctement et que vos techniciens sur le terrain ont pris des notes correctement, les personnes chargées de l'enregistrement sauront comment tout assembler proprement.

C'est une autre bonne occasion de procéder à l’assurance qualité. Vérifiez les erreurs d'enregistrement, utilisez des outils de mesure pour vous assurer que tout s'aligne comme vous l'aviez prévu, prenez une coupe transversale et voyez si tout semble correct. Si ce n'est pas le cas, il est temps d'y remédier avant de commencer à modéliser. De petits problèmes dans le traitement de vos données peuvent signifier une grande perte de temps et d'argent une fois la modélisation entamée.

Prochaines étapes...

Si votre équipe a fait son travail correctement, les données devraient être nettoyées, enregistrées, soumises à une assurance qualité et prêtes pour l'étape de modélisation. Vous passerez ensuite le relais au technicien chargé de la modélisation, qui transformera les données spatiales brutes en un modèle adapté à votre client. Pour des conseils sur cette dernière étape, consultez le prochain article de notre série.

Sean Higgins est un rédacteur indépendant spécialisé en technologie, ancien rédacteur de publications spécialisées et passionné de plein air. Il estime que la rédaction d'articles clairs et sans buzzword sur les technologies 3D est un service public.